top of page

Gaétan Alibert : "Aux Etats-Unis, le baseball a été plus qu'un sport"

Dernière mise à jour : 3 août 2022

PARTIE 1 de l'interview : sa passion pour le baseball et l'écriture du livre


A l'occasion de la sortie du livre Une histoire populaire du Baseball, 10 pionniers(ères) qui ont fait évoluer la société à travers leurs parcours hors normes, nous avons interviewé son auteur Gaétan Alibert. Policier au quotidien, il s'investit dans le monde du baseball en tant que chroniqueur pour le site The Strike Out, sur le blog esprit du Criket ou encore sur les podcasts Hype et culture baseball. Il est également bénévole à la fédération française de baseball/softball. Dans un long entretien, il revient pour Histoire de sport sur sa passion du baseball, l'évolution de ce sport et les histoires dont il regorge.


Propos recueilli par Nicolas Georgeault


Est-ce que vous pouvez nous raconter quelle est votre histoire avec le baseball ?


"Cela s'est passé en trois temps. Le premier temps c'était dans ma jeunesse. J'ai grandi dans un petit bled des Cévennes qui s'appelle Le Vigan. A l'époque, il y avait un club qui s'appelait Les Coyotes. Je n'y ai pas joué mais il m'arrivait de voir l'équipe en passant devant le stade. Dès le primaire, je savais que le baseball existait, sans savoir vraiment ce que c'était. J'avais des voisins qui avaient une balle, une batte et un gant. C'est arrivé que l'on joue une ou deux fois dans un champ mais c'était lointain.


Ma deuxième rencontre a été beaucoup plus déterminante. Dans les années 2000, je regardais pas mal d'animés japonais et je suis tombé sur un animé qui s'appelait Major. On suit le héros du jardin d'enfant jusqu'à ses premiers pas dans la grande ligue américaine, la MLB. J'ai ainsi été pris de passion pour cet animé et pour ce sport.


En arrivant en 2008 à Paris pour mon travail, c'était une nouvelle vie qui s'offrait à moi et j'avais envie de faire de nouvelles choses. Très rapidement c'est le baseball qui s'est imposé en me disant "à Paris il y aura des joueurs". C'est marrant parce que je venais de Montpellier, l'un des plus grands clubs de baseball en France (rires) mais quand j'étais à Montpellier je ne vivais ce sport qu'à travers les animés. Au bout de quelques semaines, j'ai poussé les portes du club doyen, le Paris Université Club (PUC), l'un des plus grands clubs de baseball en France et j'ai accroché immédiatement à ce sport. C'était la troisième rencontre qui m'a lancé définitivement dans ce jeu."


Quelques années plus tard, comment est-ce que vous en êtes venu à écrire ce livre ?


"Alors, j'ai coutume de dire pour le baseball comme pour bien d'autres choses dans ma vie que je suis plus acteur que spectateur. Quand quelque chose me passionne, j'ai besoin d'être acteur. J'ai voulu au départ m'impliquer comme bénévole dans le club donc au niveau du PUC je suis très rapidement devenu manager d'équipe, responsable communication, dirigeant. Mais l'avantage du baseball, c'est que c'est un sport qui est a une grande richesse narrative :les histoires, les anecdotes historiques et le lien que le baseball entretient avec la grande histoire du monde. Il y aussi une richesse culturelle à travers les livres, les romans... Et ces histoires incroyables que propose le baseball, j'avais envie de les partager. L'écriture, à l'époque, à travers des sites avant le livre, me paraissait être le bon moyen."


Pourquoi avoir choisi de parler de dix pionniers et pionnières du baseball ?


"Alors, il y avait des histoires que je voulais écrire, que certaines personnes apparaissent, que certaines anecdotes apparaissent. C'est quelque chose qui m'a guidé dans quel type de livre je veux proposer sur le baseball. Il y avait aussi l'envie de traiter le baseball d'un point de vue culturel et historique et d'intéresser les gens qui ne connaissent pas le baseball, voire qui peuvent avoir des préjugés sur le baseball. En réfléchissant à tout cela, il m'a paru plus logique d'axer sur des parcours hors-normes, insolites, inspirants... Des parcours où même une personne qui ne connaitrait pas le baseball pourrait soit s'y reconnaitre, soit s'y intéresser. D'ailleurs le livre est construit sous la forme d'un essai de vulgarisation sur le baseball mais les parcours que je fais c'est aussi presque des contes, des histoires romanesques.


J'essaye d'avoir une fluidité dans l'écriture pour amener la lectrice et le lecteur dans un voyage. Si j'ai construit le livre sur la parité avec cinq femmes et cinq hommes c'était aussi pour permettre à certaines histoires méconnues d'être remises en avant. C'est le cas notamment du baseball féminin mais même pour les personnalités masculines du livre. Même en France, Joe Di Maggio, Jackie Robinson on arrive plus ou moins à se dire "oui ce sont des joueurs de baseball". Non, moi je voulais parler de personnes qui ont eu un impact très important, qui ne sont pas forcément les plus connus y compris par les fans de baseball en France."

Jackie Robinson en pleine action sous le maillot des Dodgers.

Même si certains restent tout de même très connus...


"Alors après il y a des personnalités dans le livre qui le sont plus ou moins. Je pense à Aldus Spalding, tous les gens vont dire "ah mais c'est la marque de ballon de basket, c'est la marque de sport". En boxe aussi c'est une marque très connue. Mais très peu de gens savent en France qu'à la base c'est une des pères fondateurs du baseball aux Etats-Unis et un ancien grand joueur de baseball. Aux Etats-Unis, ce n'est pas forcément une personnalité très mise en avant par rapport à d'autres.


On a par exemple Bill Lee aka Spacemen qui est un ancien iconique de la MLB mais qui n'est pas non plus un joueur hall-famer. Ce n'est pas non plus une légende dans le sens où il a des records incroyables, où il a été hyper dominant dans sa carrière... C'était un très bon lanceur de baseball, mais ce n'était pas une star du jeu au sens joueur dominant. Mais en revanche par sa personnalité, par ses prises de positions politiques et par sa longévité, puisqu'il continue encore à lancer de nos jours, à plus de soixante-quinze ans passés (rires), c'est un joueur iconique. Donc certaines personnalités sont plus connues que d'autres mais ce ne sont pas ceux qui sont les plus connus, y compris dans la sphère du baseball."

Bill Lee lance en tenue de cosmonaute en 1978/Heinz Kluetmeier pour Sports Illustrated.

Il y a cinq pionnières dans le livre, quel a été le rôle, la place des femmes dans le baseball ?


"Quand j'ai commencé à m'intéresser à l'histoire du baseball, c'est quelque chose qui m'est apparu très rapidement. L'histoire du baseball au féminin est à la fois très ancienne, très riche mais aussi largement méconnue et mise de côté. Il y a du changement depuis quelques décennies mais le matrimoine de baseball est encore compliqué d'accès. Lorsque j'ai fait mes recherches pour le livre c'est souvent pour les personnalités féminines que j'avais le moins d'éléments, où il a fallu que j'aille vraiment fouiller le plus loin possible y compris dans les archives de presse pour retracer des parcours avec beaucoup de trous. Cela me tenait à cœur car j'ai un engagement militant, citoyen dans la vie qui me conduit à lutter contre les discriminations, pour plus d'égalité. L'égalité femmes-hommes est extrêmement important et je voulais retransmettre à travers mes écrits que oui les femmes ont joué au baseball, et peuvent encore jouer au baseball.


Jusqu'à très récemment c'était encore très compliqué pour les femmes de jouer au baseball en France et ailleurs. On trouve les premières femmes joueuses de baseball très peu de temps après la codification des règles modernes du baseball, très rapidement on va aussi voir des femmes professionnelles y compris en jouant avec des hommes. Toute l'histoire du baseball est ponctuée de femmes au destin incroyable mais qui se sont aussi heurtées au mur du sexisme, du patriarcat avec notamment l'idée que la place des femmes n'était pas sur un terrain de baseball. C'est pour cela que le softball, qui est une variante du baseball, s'est transformé petit à petit en sorte de baseball au féminin. Au départ, le softball était pratiqué par les hommes mais notamment dans les années 1930, on a construit une manière de faire où le softball c'était pour les femmes et le baseball pour les hommes. Et c'est vrai que je m'en veux encore aujourd'hui d'avoir écarté certaines pionnière du livre (rires) !"


Comme qui par exemple ?


"Je pense notamment à The Queen of baseball, Lizzie Murphy, qui, dans la première moitié du XXème siècle, notamment dans les années 1920, a eu une renommée très importante. Elle avait même des cartes de baseball à son effigie, elle avait toute une équipe de baseball masculine bâtît autour d'elle qui a fait des matchs d'exhibitions avec des équipes MLB. Une des joueuses qui a sans doute eu l'une des carrières les plus aboutit parmi les joueuses de baseball et qui a été une véritable pionnière. Voilà, elle c'est mon plus gros regret !"

Lizzie Murphy attrape la balle en 1922/Keystone View Company.


Comments


bottom of page